2011A – La Castille.

Ça y est, nous sommes sur le chemin et j ai enfin réussi a trouver une borne internet. le clavier est en qwerty et le temps est limité, aussi vous pardonnerez quelques erreurs.

jeudi 8 septembre.: A 04h15 nous arrivons chez Jean qui va nous accompagner sur le chemin. A 05h20, nous sommes dans le train et c’est parti pour 14h00 de voyage via Paris et Irun. Burgos, tout le monde descend. Il faut faire vite tant l’arrêt est rapide. Pour un peu il faudrait sauter par la fenêtre . Hein jean …..

Vendredi 9 septembre . Burgos – Hornillos del Camino. 20 km

Après une bonne nuit a Burgos, nous sommes partis vers 08h00. C’est un peu tard mais pour un première journée, il faut rester cool. La sortie de Burgos est rapide et sympathique. A la sortie de Burgos, nous attaquons la Meseta. Nous en avons pour 200 km sur un plateau. J’avais cru qu’un plateau était plat et bien non … Il y a un peu de  dénivelé  et ça ne semble pas du tout monotone. Parfait pour une mise en jambe. Nous sommes arrivés a Hornillos vers 13h00 dans un petit bourg  bien calme et très accueillant. Ici on déconnecte – cool – super

samedi 10 septembre . hornillos – Castrojeritz 19.5 km.

Hier soir nous avons fait nos premières rencontres. Trois Belges rieurs, un Canadien prof d’histoire-géo a la conversation riche et fleurie et un couple de Canadien. Nous avons mangé avec un jeune Français. Pascal , jeune chef d entreprise, aligne les étapes de 45 km. On ne joue pas dans la même cour.

Pour notre deuxième journée de mise en jambe, le bilan est positif . Nous sommes partis de nuit. L’aube  et lever de soleil dans les premiers kilomètres ont été le meilleur moment de la journée avec un belle Meseta. je confirme que ce n’est ni monotone, ni plat donc nous sommes ravis. L’arrivée a Castrojeritz à également  été spectaculaire. Vous avez vu,j arrive à mettre des accents avec un clavier qwerty. la prochaine fois, il faut que trouve comment mettre des photos. Presque a la dernière minute, j’ai trouve comment.

arrivée à cas

Arrivée à Castrojeritz.

Dimanche11 septembre. Castrojeritz – Fromista – 25.5km

On avait bien perçu l’arrivée d un front froid. Environ – 10 degrés au compteur. C est parfait, même un peu frais. A la sortie, une petite cote à 12 pour cent pendant un km nous attend sur le plateau soi-disant plat. Franchie avec bonheur pour admirer le lever de soleil au sommet. Ensuite le parcours est facile jusqu’à fromista avec même, cerise sur le gâteau, un petit parcours le long du canal de Castille à l’ arrivée.

hi hi ... C'est en descente.

lundi 12 Septembre . Fromista – Carrion de los condes. – 21 km

Écluses de Fromista

La lune au départ de Fromista

Petite étape. Une variante (parcours différent du chemin officiel) nous a permis de ne pas suivre la nationale proposé par le parcours officiel. Nous longeons une rivière pendant quelques kilomètres sur un trajet bucolique. Jean, qui ne porte pas son sac, est quelques minutes devant nous. A un moment le chemin n’est plus balisé et il faut naviguer à la carte. Peu de personne avaient prévu le coup. Aussi nous nous retrouvons seuls au milieu des champs pour notre plus grand bonheur

Peu de pèlerins passent sur ce chemin ce qui nous a permis de lever une douzaine de perdrix et une demi-douzaine d'outardes nous sont montées sous le nez pour se poser une peu plus loin. Nous avons également eu pas mal de vols de rapaces . Cette journée à eu un air de partie de chasse.

Mardi 13 septembre . carrion – Ledigos – 24 km

24 km de transit dans la Meseta. Pas grand chose à voir mais belle convivialité. Un petit groupe s’est constitué . Jean et Alain le Belge sont devant. Marie-Yvonne et Catherine suivent  et je refais le monde  avec Pierre le Canadien derrière. Pas triste la conversation; ça commence à délirer . La déconnexion est faite. Avec Pierre, nous avons joué au » Géo cash point » . C’est une sorte de course d’orientation qui consiste à retrouver des balises avec son GPS. Pas de chance on a bien trouvé la position mais pas la balise malgré un recherche approfondie dans le fossé. . Il fait chaud lorsque nous empruntons une variante non balisée pour sortir un peu de l’autoroute à pèlerins. Avec ma carte, je me repère sans difficulté. Ce n’est pas le cas d’une japonaise  qui s’est perdue. Nous l’avons ramené avec nous et remise sur le droit chemin.

LA SUITE  ….

Publicités

Responses

  1. faut le faire se tromper volontairement pour frimer auprès des autres en sortant sa boussole et sa carte d’état major et encore une fois après le sauvetage d’une japonaise dans les pyrénées un nouveau sauvetage d’une niponne bizarre bizarre!!!!!!

    • Moi mòssieu, je ne marche pas le long de la N120. Nous pensons beaucoup à toi avec Marie-Yvonne. Nous n´’avons pas encore trouvé mieux et des fois on rigole tout seul. On se demande bien pourquoi. Alain

  2. ah bon je vois qu’on s’amuse bien!! je me demandais où vous étiez!

    • Cést bien la question que l’on se pose. mais ce soir on est á Reliegos et tout va super bien.


Répondre à virg Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :